Empire mongol

 

   Mongols assiégeants une cité chinoise 

Il n’en reste aujourd’hui qu’un pays enclavé au cœur des steppes d’orient. Mais entre 1207 et 1472, les Mongols conquirent un empire gigantesque estimé à son apogée à 33 millions de km2. D’une cruauté extrême lors de leurs conquêtes, ils firent 30 à 60 millions de victimes. Néanmoins, tolérants religieusement, ils contribuèrent à sécuriser la route de la soie et à rapprocher Occident et Orient. Ce premier volet raconte les débuts de cet empire.    

 


Temudjin ce nom ne vous dit rien ?  Pourtant, il a fortement marqué l’histoire mais peut-être le connaissez-vous mieux sous le nom de Gengis Khan, qui signifie « chef universel » ou encore comme le surnommaient ses adversaires le « fléau des nations ». Toujours est-il que l’on sait finalement peu de choses sur le plus grand conquérant de tous les temps. En effet, la multiplicité des sources (mongoles, chinoises, persanes et latines) pose d’énormes problèmes d’interprétation, celles-ci étant contradictoires, même sa date de naissance est incertaine, les historiens hésitant entre 1162 et 1165.

La jeunesse de Gengis Khan

Ce que l’on sait par contre, c’est qu’il a été marqué très jeune par la mort de son père (à 6 ou 9 ans) qui était le chef du clan mongol des Qyiat et par le fait que sa famille fut alors menacée par des clans ennemis. Ces derniers étants décidés, maintenant que son père était mort et que sa mère Hö'elün avait fort à faire en s’occupant de ses cinq enfants (quatre garçons et une fille) en plus des deux demi-frères de Temudjin, à régler de vieux comptes. L’autre fait marquant de son enfance, était son sentiment d’infériorité par rapport à son frère Qasar, qui était un archer hors pair et qui était très populaire alors que lui, s’il était quelqu’un d’imposant, n’avait aucun don particulier. Toutefois, étant l’ainé, c’est lui qui héritera du titre de chef de clan et qui entreprendra un long travail d’unification des nomades mongols et turco-mongols. Ce processus laborieux durera jusqu’en 1206, c’est à ce moment seulement que Temudjin devient Gengis Khan, le chef universel des mongols.

L’émergence d’un empire deux fois plus grand que la Russie actuelle

Ayant unis tous les peuples nomades d’Asie centrale, Gengis Khan peut maintenant compter sur l’appui de plusieurs centaines de milliers de cavaliers. Or, la cavalerie à cette époque permettait d’avoir une supériorité militaire sur l’ennemi, les piquiers n’étant pas encore à l’ordre du jour. Fort de cet avantage, il commence par soumettre le sud de la Sibérie, une entreprise qu’il achèvera un an plus tard en 1207. En 1209, il se tourne vers l’est. Les Xixia, une dynastie régnant sur une partie nord du territoire chinois demandent alors la paix n’arrivant plus à faire face au déferlement mongol. Les Ouïgours, peuple alors majoritairement chrétien qui deviendra plus tard musulman et résidant à  l’est de la Chine actuelle, se rallient également à Gengis Khan. C’est le début des guerres entre Mongols et Chinois qui dureront plus de 100 ans.